En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. Ok En savoir plus

Home > Acteurs de l'assainissement durable > Maîtres d'ouvrage >
Techniques alternatives

Techniques alternatives

La technique du stockage provisoire des eaux pluviales est en forte expansion.
En effet, l’urbanisation croissante conduit à une insuffisance de la capacité hydraulique des canalisations existantes en cas d’évènements pluvieux importants.

Le stockage provisoire des eaux pluviales au moyen d’une technique dite alternative permet de restituer dans le réseau ou dans le sol, à faible débit, les volumes ainsi stockés lors des évènements pluvieux.

Les techniques sont nombreuses : bassins de rétention, réservoirs, fossés drainants, chaussées et structures réservoirs, cadres, canalisations de gros diamètres…

Les atouts

En milieu urbain, l’objectif des systèmes alternatifs n’est plus d’évacuer les eaux pluviales le plus loin possible des agglomérations, mais de gérer ces volumes d’eau au niveau de la zone ou du bassin versant grâce à des ouvrages de stockage et éventuellement par une infiltration, et de les restituer à faible débit dans le réseau ou dans le sol.

L’adjonction au Fascicule 70 du CCTP du chapitre II exclusivement consacré à ces techniques alternatives témoigne de la prise de conscience de l’intérêt qu’elles présentent pour lutter contre les risques d’inondations.

Les bassins de rétention et de stockage

Les ouvrages de stockage et de rétention peuvent être constitués d’éléments préfabriqués, assemblés sur site (canalisations de grandes dimensions de formes circulaire ou rectangulaire, cadres…).

Ces bassins de rétention peuvent être mis en œuvre le long des infrastructures routières, autoroutières ou ferroviaires, ainsi qu’en milieu urbain, permettant ainsi le stockage, la régulation et l’évacuation des eaux pluviales de fortes intensités (orages notamment).

Les structures réservoirs

La voirie, les parkings et les trottoirs représentent une grande partie des surfaces urbaines, d’où l’idée d’utiliser ces structures de chaussées pour stocker provisoirement les eaux de ruissellement, en solution alternative aux bassins de rétention. L’infiltration au travers de revêtement s’effectue, soit par l’utilisation d’éléments en béton perméable (pavés, dalles), soit par des joints. La collecte peut également être réalisée localement par exemple au moyen de caniveaux.

Des produits creux en béton Des produits creux en béton ont été développés pour constituer les structures réservoir de chaussée et permettent de stocker 600 litres d’eaux pluviales par mètre cube.