En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. Ok En savoir plus

Home > Acteurs de l'assainissement durable >
Maitre d'oeuvre

Maître d’œuvre

Afin d’assurer la qualité des installations d’assainissement et le suivi de leur fonctionnement, le maître d’œuvre applique le programme d’assainissement défini par le maître d’ouvrage, en respectant les objectifs de protection du milieu naturel, de sécurité sur le chantier et de conformité aux exigences spécifiques de l’ouvrage.

Le rôle du maître d’œuvre

Véritable chef d’orchestre, il représente le maître d’ouvrage.
Il coordonne les différents intervenants et, à ce titre, met tout en œuvre bien avant le premier coup de pelle pour que le réseau livré et réceptionné soit parfaitement conforme à la demande du maître d’ouvrage.
Son implication est essentielle, tant dans la définition du projet et du choix des acteurs, que dans le suivi du projet sur le terrain.

Les missions du maître d’œuvre

Il appartient au maître d’œuvre :
- de concevoir les projets, conformément au Fascicule 70 du CCTG notamment, en prenant en compte les résultats des études préalables ;
- de calculer les sections des équipements d’assainissement ;
- de dresser le planning d’exécution et d’établir un devis général estimatif ;
- d’élaborer le dossier de consultation des entreprises ;
- d’établir les dossiers nécessaires à l’obtention des autorisations de construire ;
- d’analyser les dossiers des entreprises ayant répondu à l’appel d’offres et de rapporter ces analyses à la commission d’appel d’offres ;
- de rédiger un schéma directeur de la qualité, en concertation avec l’entreprise ;
- de lancer leurs interventions ;
- d’assurer la direction des travaux d’exécution ;
- de coordonner l’intervention des différentes entreprises concernées.

Mettre en œuvre en prenant en compte l’environnement et la santé

Mettre en œuvre en tenant compte de l’environnement, c’est répondre aux préoccupations environnementales en atteignant les objectifs de bon fonctionnement et de bonne qualité du système.

Pour un chantier de génie civil, réduire les nuisances environnementales signifie :
- Diminuer les « nuisances locales » (bruit, poussières, circulation) pour les riverains et les personnels de chantier,
- Diminuer les impact globaux : préserver les ressources, diminuer le transport, diminuer le volume des déchets…
- Limiter les nuisances du chantier
  • en diminuant les flux de circulation entrants (véhicules et engins de chantier, approvisionnement en matériaux et produits nécessaires…),
  • employer les technologies de mise en œuvre à faible impact environnemental (utiliser si possible les déblais de tranchées en remblais, ce qui limite l’apport d’autres matériaux sur site),
  • organiser le tri des déchets de chantier,
  • limiter les flux sortants (quantités de déchets, nuisances, notamment sonores, pollutions diverses…).

Relations avec les autres intervenants

Le maître d’œuvre organise :
- une réunion de reconnaissance de chantier, avec l’entrepreneur, le coordonnateur sécurité, le contrôleur et les exploitants,
- une réunion de préparation de chantier, avec le maître d’ouvrage, l’entrepreneur et ses sous-traitants, les fournisseurs, les exploitants, le coordonnateur sécurité et le contrôleur.

A l’issue de cette réunion, le Plan d’Assurance Qualité (PAQ) et le SDQ sont validés, ainsi que le choix des produits, les modes opératoires, le planning d’exécution, les solutions envisagées pour répondre aux contraintes, l’étude géotechnique, le plan de contrôle de réception des travaux.

Témoignage d'un maître d'œuvre

« En tant que maître d'œuvre, une de mes priorités est de prescrire des matériaux de qualité et respectueux de l'environnement. Ce n'est pas toujours facile. Il faut parfois savoir résister à la pression du “ faire vite au moindre coût ”. Il me semble pourtant plus sensé d'investir dans un ouvrage fiable et pérenne, même si l'investissement de départ est un peu plus élevé, plutôt que de remettre l'ouvrage en chantier tous les 5 à 10 ans.
La parfaite connaissance du matériau béton et de son comportement dans la durée, la qualité des ouvrages et des pièces qui les constituent, la fiabilité des systèmes de jointage conçus pour durer... sont l'assurance d'une bonne étanchéité sur le long terme. Et qui dit étanchéité, dit pérennité.
La traçabilité des produits en béton, c'est rassurant. On sait d'où viennent les produits, comment ils ont été fabriqués... Et puis faire travailler les sites de production à proximité des chantiers, c'est aussi une bonne façon de promouvoir le développement économique des régions. C'est un argument auquel les collectivités sont sensibles ».
 
Julie Gambin, Gérante de l'Agence de Maîtrise d'oeuvre en paysage « L'Essence du Jardin » (Région Centre)