En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. Ok En savoir plus

Home > Acteurs de l'assainissement durable >
Canalisateur

Entreprise de travaux - Canalisateur

Au cœur du projet, l’entreprise de travaux est en charge de la pose des ouvrages. A ce titre, elle doit s’assurer que chacune des tâches qu’elle exécute se fait dans une démarche de développement durable.

En assainissement collectif, l’entreprise, plus souvent connue sous la dénomination « canalisateur », contribue à améliorer le confort et l’hygiène des populations, leur sécurité, ainsi qu’à la protection de l’environnement.

Missions de l’entreprise de travaux

L’entreprise de travaux est chargée d’exécuter les travaux selon les directives et le planning d’exécution préconisés par le maître d’œuvre.

Il lui appartient donc :
- de signaler au maître d’œuvre toute difficulté rencontrée et soulevée par l’application des documents du marché ;
- de respecter le projet prévu et d’assurer un autocontrôle des travaux exécutés.

Préparation du chantier

L’entrepreneur :
- avise les services gestionnaires par envoi d’une DICT
- procède à la reconnaissance des lieux et des réseaux
- procède aux sondages préliminaires
- propose le choix des fournisseurs et sous-traitants
- établit les plans d’exécution complémentaires et les procédures d’exécution
- établit le planning d’exécution
- établit le plan d’organisation des contrôles
- établit le PHS (Plan d’Hygiène et Sécurité).

Les fournisseurs de l’entreprise

Les fournisseurs sont en général proposés par l’entreprise de travaux : sociétés de services, négociants en matériaux, fabricants des éléments du réseau d’assainissement.

Exécution des travaux

Les travaux doivent respecter les hypothèses du projet, en particulier les données liées au dimensionnement mécanique et hydraulique :
- la largeur de tranchée,
- la hauteur de couverture,
- les paramètres liés aux types de sols,
- le système de blindage et son mode de retrait,
- les objectifs de densification,
- les charges liées notamment aux engins de chantier,
- les profils en long et en travers,
- le niveau de la nappe phréatique.

Le texte de référence est le Fascicule 70 du CCTG « Ouvrages d’assainissement ». Il impose la conformité des produits aux normes françaises, attestée par la marque NF ou équivalent.
Le titre I du Fascicule 70 « Réseaux » fixe les prescriptions relatives à l’exécution des fouilles, à la pose des tuyaux, à la réalisation des branchements et aux conditions de remblaiement

Pour faciliter l’exécution des travaux sur chantier, le CERIB, en partenariat avec la FIB, les Canalisateurs de France et CIMbéton, a réalisé un livret de poche didactique détaillant les prescriptions du Fascicule 70 et les règles de construction spécifiques aux produits : « Exécution des travaux d’assainissement – Application du Fascicule 70 du CCTG » (réf. DP 48), ainsi qu’un guide en collaboration avec la FIB et les Canalisateurs de France : « Réseaux d’assainissement – Des réseaux de qualité en béton » (réf. DP 88).

Résistance aux charges

Les produits sont choisis pour pouvoir résister aux charges extérieures (roulantes ou non) qu’ils sont amenés à supporter, y compris durant les travaux.
L’entreprise doit donc tenir compte des charges réelles de chantier qui lui sont propres (engins de chantier) et fournir les justifications correspondantes en cas de charges de chantier exceptionnelles.

Maîtrise de la qualité des travaux

La qualité des travaux est essentielle, puisqu’au même titre que la qualité de la conception et des produits mis en œuvre, elle conditionne la qualité finale de l’ouvrage dans son ensemble.

La démarche qualité s’appuie sur le schéma organisationnel du plan d’assurance qualité fourni par l’entrepreneur lors de sa proposition d’offre. Sa mise en œuvre nécessite l’élaboration, pendant la période de préparation du PAQ (Plan d’Assurance Qualité), du SDQ (Schéma Directeur de la Qualité) établi par le maître d’œuvre en concertation avec l’entrepreneur, et enfin du plan de contrôle, établi par le maître d’œuvre.

L’entreprise est également partie prenante pour assurer la sécurité et l’hygiène au cours du chantier.

Le label canalisateur

Il est primordial pour les acteurs locaux d’assurer la pérennité des réseaux d’assainissement et de veiller à la qualité de sa réalisation pour un investissement durable et fiable.

C’est pourquoi les Canalisateurs de France ont créé le Label Canalisateur afin de valoriser auprès des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre la bonne application des règles de l’art, avec un personnel qualifié, un souci permanent de sécurité, une relation de qualité avec les autres intervenants, la réalisation de contrôles permanents, le tout dans le respect de l’environnement.

Délivré par une commission paritaire indépendante, ce label Canalisateur est attribué à une entreprise ou à une agence local dans quatre spécialités : réseaux d’eau, réseaux d’assainissement, réseaux de gaz ou fluides divers sous pression, réhabilitation des canalisations sans tranchée. Plus d’infos sur le site dédié : www.label-canalisateur.com.

Témoignage d'un entrepreneur BTP

« Dans notre entreprise, la prise en compte de l'environnement est bien antérieure à la première Loi Grenelle. C'est un engagement quotidien, qui se traduit par des réflexes et des comportements adaptés, à toutes les étapes de nos interventions : sélections de fournisseurs locaux, choix de matériaux conformes aux normes, utilisation de produits biodégradables (huiles), respect des consignes organisationnelles sur le chantier, tri et gestion des déchets...
Engagés depuis quelques 2007 dans l'aventure ISO 14.000, nous nous améliorons chaque jour. Le respect de l'environnement fait partie de notre culture interne, c'est un processus en cours.
Dans nos métiers, le respect de l'environnement sur un chantier c'est aussi une marque de professionnalisme : ça veut dire une organisation du travail rigoureuse et le respect de bonnes pratiques. Un chantier bien mené en terme d'environnement est aussi un chantier rangé et organisé, donc “ plus propre ” visuellement, et au final, plus valorisant pour l'entreprise et ses salariés.
Aujourd'hui, si on veut aller plus loin dans le domaine du dévelopement durable, la prise de conscience et les changements de comportement doivent s'intensifier dès l'amont des projets, c'est-à-dire depuis la conception des plans. A ce titre, les travaux sous charte qualité vont dans le bon sens puisqu'ils permettent de rassembler les différents intervenants autour d'une même table dès l'amont du projet ».

Jean-Claude Brossier, Président de l'Entreprise Jérôme BTP (Région Centre)