En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites et de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. Ok En savoir plus

Home > Acteurs de l'assainissement durable > Maîtres d'ouvrage >
Bien concevoir un système d’assainissement

Bien concevoir un système d’assainissement

Le développement de l’activité industrielle, le développement des installations d’élevage intensif, l’accroissement de la population urbaine, génèrent des contraintes nouvelles qui pèsent sur le circuit de l’eau.
Les collectivités locales, les sociétés industrielles, les exploitants agricoles et les sociétés autoroutières, sont concernés et doivent désormais prendre en compte, dans leurs investissements, la notion de développement durable.
Cela signifie notamment que les maîtres d’ouvrage assument la responsabilité de la maîtrise et la gestion de la qualité des effluents souillés du fait de leur activité et qui seront rejetés dans le milieu naturel.

Bien préparer une opération d’assainissement

Le texte de référence est le Fascicule 70 du CCTG « Ouvrages d’assainissement ». Il recommande l’utilisation de produits certifiés NF.

Le rôle du maître d’ouvrage

C’est la personne morale pour laquelle l’ouvrage est construit (l’État, les collectivités territoriales, les promoteurs, les sociétés d’économie mixte, les industriels, les particuliers…).
Il a la responsabilité d’identifier et de définir le besoin à satisfaire. Il lui appartient donc d’arrêter pour cela des spécifications techniques appropriées et il a la responsabilité totale du choix des objectifs et des performances requises.

Les missions du maître d’ouvrage

Les missions du maître d’ouvrage consistent en matière d’assainissement à s’assurer :
- du recueil des eaux usées et pluviales ;
- du transport des eaux usées et pluviales ;
- de l’épuration dans des stations, voire des usines de traitement ;
- du rejet dans le milieu nature après traitement.

Pour cela, le maître d’ouvrage doit mettre en place des réseaux de collecte et de transport ainsi que des stations de traitement en réduisant au minimum les nuisances pour les riverains. Il lui appartient donc de :
- réaliser les études préalables nécessaires à la définition des programmes de travaux ;
- d’assurer l’information auprès des utilisateurs et des riverains ;
- d’identifier les besoins en intégrant les contraintes de délai et en délimitant les obligations à satisfaire ;
- de réaliser une étude particulière de contraintes de site (risques sismiques zones inondables, données géotechniques) ;
- d’envisager les aspects économiques de la réalisation des travaux puis de l’exploitation des ouvrages.

Le maître d’ouvrage fournira aux entreprises, lors de l’appel d’offre, toutes les données hydrauliques et environnementales utiles pour la réalisation des travaux (notamment, plans d’exécution du réseau, implantations des ouvrages et éléments, dimensions intérieures minimales des canalisations à partir des différents débits à faire transiter dans le réseau…).

Concevoir en prenant en compte l’environnement et la santé

Un système d’assainissement est constitué d’un ensemble de produits mis en œuvre dans les sols, en milieu urbain, rural, sous chaussée ou non…
Pour prendre en compte l’environnement et la santé, il convient de respecter certaines étapes, incontournables pour un projet durable, dans les phases de conception, de mise en œuvre et de vie en œuvre.

Choisir des éléments performants et durables
La réalisation de travaux d’assainissement ont un impact fort pour les collectivités, notamment financiers. Outre la priorité évidente que constitue la performance du réseau, la pérennité de l’ouvrage est primordiale. La durée de service des produits doit être au moins égale à la durée d’amortissement des installations. (voir pages sur gestion patrimoniale/durabilité % impact financier).

Prévoir l’adaptabilité des différents composants
Sur le plan environnemental, des travaux sur un réseau génèrent des impacts multiples. Maîtriser ces impacts, c’est aussi prévoir les évolutions futures, notamment en termes d’extension des zones d’activités humaines.

Veiller aux caractéristiques sanitaires
Les eaux de pluie et les eaux usées ne sont pas neutres d’un point de vue environnemental et sanitaire. Elles contiennent des quantités importantes de matières organiques, de substances eutrophiantes (entraînant l’asphyxie des milieux aquatiques) et/ou de substances potentiellement dangereuses (métaux lourds, hydrocarbures, micro-polluants…).
Les eaux sont généralement collectées, puis traitées dans les stations d’épuration. L’enjeu des systèmes d’assainissement consiste à assurer la fiabilité du transport de l’eau, afin d’éviter toute contamination des sols et des eaux souterraines avant leur traitement.

Les autres intervenants

Le maître d’œuvre, retenu par le maître d’ouvrage, a pour objectif de transformer le programme de travaux en projet d’exécution et de le faire réaliser au meilleur rapport qualité/prix.

L’entreprise de travaux ou le canalisateur est chargé d’exécuter les travaux définis dans le cahier des charges.

Le contrôleur effectue pour le compte du maître d’ouvrage le contrôle des travaux effectués et de leurs conditions de réalisation, en fonction du référentiel défini préalablement.

Les caractéristiques du réseau

La conception et la réalisation des ouvrages d’assainissement, le choix des matériaux et des produits et les modalités de mise en œuvre tiennent compte de la nature de l’effluent et, éventuellement de la température, de la pression ou dépression intérieure occasionnelle, des charges et surcharges extérieures, de l’action du milieu environnant, notamment des conditions géotechniques et hydrogéologiques et des conditions spéciales notifiées dans le marché.

Les bonnes pratiques

La distance maximale entre deux regards visitables consécutifs est fixée sur le marché, sans dépasser 80 mètres.
Pour des canalisations de gros diamètre (> 800), les regards doivent être visitables.

Les textes de référence

Les textes de référence sont :
- le Fascicule 70 du CCTG « Ouvrages d’assainissement »
- la norme NF EN 1610 « Mise en œuvre et essai des branchements et collecteurs d’assainissement »
- la norme NF P 98-331 « Tranchées : ouverture, remblaiement, réfection »
- le guide « ASTEE »